Laissez les Vilains Garçons vous jouer un tour

jambon-dagneau-nuage-general-tao-mais-confit-fenouil-et-crumble-de-cafe-vilains-garcons

Laissez les Vilains Garçons vous jouer un tour

Romain Riva, expulsé de la France par sa mère pour venir vivre chez son père, ici dans la Belle Province, en quête de discipline. Cyril Lauer lui, décide de s’expatrier au Québec, un peu pour oublier son passé rocambolesque dans l’Hexagone. Voici les Vilains Garçons.

vilains-garcons
Les Vilains Garcons

Après avoir fait leurs preuves dans plusieurs belles tables de la région (Bistro Ambrosia, l’Oncle Tom, Château Cartier, le Mirage, le Pub Bostaurus et le Troquet pour Cyril au service, puis l’Oncle Tom et au Moulin de Wakefield pour Romain, en cuisine), ils ont décidé de combiner leurs forces — et leurs passés —, pour ouvrir Les Vilains Garçons, en 2014. Leur objectif ? Nous choquer. Et ils n’ont pas peur de le dire.

À mon arrivée, Cyril m’avait bien expliqué leur ligne directrice : « nous voulons sortir les gens de leur zone de confort, leur offrir une expérience frappante. » Les Outaouais(e) sont-ils prêts ? « Il n’est pas rare que les plus frileux quittent le restaurant en me remerciant avec un grand sourire aux lèvres. À ce moment, c’est mission accomplie », me dit-il. Au menu, vous aurez l’embarras du choix : une quinzaine de pintxos, ces petits plats typiques des Pays basques en Espagne, ressemblant à des tapas (6$ pour 1, 15$ pour 3, 25$ pour 5), quelques grands plats, ou un menu dégustation 5 services (40$), laissant carte blanche au chef.

menu-vilains-garcons
Menu sur ardoise

Connaissant leur mission, j’avais bien hâte de voir ce que cette soirée allait me réserver, en laissant le chef s’amuser en cuisine.

La première planche servie est un amalgame de différents pintxos : rouleau impérial au homard, un petit pavé de morue poêlée, quelques fines lanières de gravlax de saumon et des tranches de cèpes poêlés. En garniture, une crème de maïs et curcuma et une crème sure au safran. Au goût, tout est très bon. La morue fraîche est floconneuse, laissant paraître une chaire translucide, signe d’une cuisson parfaite. Les œufs de poisson, quant à eux, ne sont pas là que pour être jolis ; ils apportent une texture bien plaisante en bouche et comblent un peu le manque d’assaisonnement du pavé. Le rouleau est généreux en homard et on perçoit bien sa saveur au travers la friture. Les sauces sont franches et sapides, mais je n’arrive pas vraiment à comprendre leur utilité. Quelle sauce va avec quoi ? Cet aspect me laisse un peu perplexe.

rouleau-impeerial-au-homard-morue-poelee-gravlax-de-saumon-et-cepes-poeles-les-vilains-garcons
Rouleau imperial au homard, gravlax de saumon, morue poêlée et poêlées de cèpes

S’en est suivi d’un « trouver némo », à savoir une crevette et un maquereau en escabèche, accompagnée d’une mousse au homard et quelques chips de plantain. D’abord, ce plat est servi dans un cul de poule très instable, qui tourne à chaque coup de fourchette. À revoir… Puis le maquereau est servi avec sa peau, ce qui rend très difficile d’en soutirer la chaire, qui elle, est délicieuse. La mousse au homard (montée à l’huile de sésame ?) est certes très savoureuse, mais pas assez aérienne pour être qualifiée ainsi. Ce service a des hauts et des bas, mais me laisse impatient de découvrir le prochain service.

trouvez-nemo-vilains-garcons
Trouvez Némo

Jambon d’agneau, « nuage général tao », maïs confit, fenouil et crumble de café. La présentation est un peu du déjà vu (Europea, entre autres), mais reste très amusante. Ça me plait. Ensuite, par où commencer ? Le jambon – séché au restaurant même pendant trois mois -, est exceptionnel et très original. J’adore. Le crumble de café sur le fenouil a été pour moi une grande révélation. Quelle belle découverte ! Jamais je n’aurais pu penser que ce duo allait de soi. Le « nuage général tao », est selon moi superflu, car tout est très bien assaisonné et le jambon est si bon, que tu veux le déguster seul.

jambon-dagneau-nuage-general-tao-mais-confit-fenouil-et-crumble-de-cafe-vilains-garcons
Jambon d'agneau, nuage général tao, maïs confits, fenouil et crumble de café

Arrive le 4e service, le tartare de cheval et foie gras. Pas sur une planche. Ni dans un bol. Pas plus qu’étendu sur une corde à linge, mais dans une poêle de fonte de 1 pied par 1 pied, qui prend presque la moitié de ma table. Je me mets à rire. C’est également à ce moment que j’ai tout compris.

tartare-cheval-foie-gras-torchon-mousse-de-baie-dargousier-creme-mais-curcuma-chips-de-peau-de-canard-courgettes-marinees-chips-de-plantain-chutney-au-fruit-vilains-garcons
Tartare de cheval, foie gras, chips de peau de canard, courgettes marinées, chips de plantain

Ces vilains garçons m’ont eu. Ils ont réussi leur mandat. Et là, je me remémore les services précédents ; tout s’explique. L’anormalité et l’ambiguïté sont maintenant conformes et claires. Ce qu’il me reste à faire ? Mettre mon cerveau à « off », ne pas essayer de comprendre et m’amuser avec eux !

Enfin, malgré les petites bévues de cet avant-dernier service (tartare qui manque d’assaisonnement, foie gras mal déveiné), j’ai quand même pris plaisir à déguster les multiples facettes culinaires que ce poêlon m’offrait.

Mon expérience n’aurait pas pu se terminer sur une meilleure note. Les beignets à la banane me font rapidement oublier les bourdes du dernier plat, tellement ils sont succulents. La pâte est moelleuse et dense, la présence de la banane n’est pas trop accablante et lorsque combinés avec la glace à la cannelle, c’est, comme le dirait les Français, « une tuerie ».

beignets-au-banane-mousse-au-brandy-et-glace-a-la-canelle-vilains-garcons
Beignets au banane, mousse au brandy et glace à la cannelle

C’est en m’enfilant les beignets un par un que je fais un retour sur ma soirée. Tout était bien calculé, cet effet crescendo service après service. Malgré quelques erreurs ici et là, j’ai pris un plaisir fou à déguster les créations du chef Romain.

Pour vivre l’expérience des Vilains Garçons à son meilleur, il suffit de laisser de côté votre raison, car chaque plat est littéralement un parc d’attractions. Embarquez dans leur jeu et laissez vos papilles s’éclater !

Les Vilains Garçons

On aime : Le menu à l’ardoise changeant tous les jours, un bon gage de fraîcheur

On adore : L’effet-surprise des services, le jambon d’agneau et le duo fenouil-crumble de café

On oublie : Foie gras mal déveiné et les sauces parfois superflues

 

Aux commandes de la cuisine : Romain Riva

Style de restaurant : Ambiance décontractée, parfait pour un repas convivial où le partage est de mise

On s’en tire pour combien : Menu dégustation à 40$, pintxo 6$-7$ chacun (compter 3 à 4 plats par personne pour un bon repas)

On y va quand : Midi et soir, brunch la fin de semaine

Ce restaurant figure parmi mes 10 adresses gourmandes à visiter lors de votre prochain séjour en Outaouais.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire