Rencontre avec Carl Villeneuve, meilleur sommelier du Canada

carl_toque

Rencontre avec Carl Villeneuve, meilleur sommelier du Canada

Sacré meilleur sommelier du Québec en 2014 et meilleur sommelier du Canada en 2017, Carl Villeneuve ,— jeune prodige qui exerce sa passion au prestigieux Toqué ! –, tentera de briller encore une fois au concours du Meilleur Sommelier des Amériques, qui aura lieu en mai prochain à Montréal. Bien que son rythme de vie soit bien chargé en valsant entre ses livres de théorie le jour et le Toqué ! en soirée, j’ai eu la chance de l’attraper quelques minutes lors d’une soirée spéciale de dégustation de vin au Centre-Ville de Montréal.

carl_villeneuve_toque

D’abord, toutes mes félicitations (en retard) pour votre titre Meilleur sommelier au Canada 2017 ! Comment on se sent, maintenant meilleur sommelier du Canada ? Est-ce que ce titre s’est traduit dans ta pratique au Toqué! ?

Non, on m’a récompensé d’avoir étudié ; l’étude ne change pas ta personne. Néanmoins, je peux dire que c’est un bel accomplissement, une belle récompense et une belle raison pour me lever le matin et étudier. 

Une préparation pour ce genre de concours débute combien de mois à l’avance ?

Tout ce que je fais dans mon processus compte… Chaque journée de travail compte, je suis en constante préparation. Mais en général, si l’on repart à zéro, c’est environ 8 à 9 mois de préparation intense.

Ta préparation sera-t-elle différente pour les Amériques, comparativement aux Canadiens ?

Oui. Pour les Canadiens, je me préparais pour la finale. Pour les Amériques, je me prépare pour la qualification, étant donné que le niveau est de beaucoup supérieur.

Et comment cette différence se traduit-elle ?

La théorie… Pour les Amériques, je vais devoir étudier encore plus ! 

Ayant déjà été athlète et participé à des compétitions de haut niveau, je suis curieux de savoir quel est ton régime d’entraînement… Parle-moi de ta périodisation.

Jusqu’à janvier, j’axe beaucoup mon entraînement sur la partie théorique. Je ne ferai pas de dégustation, sauf dans le cadre de mon travail. Cette partie débutera en février, où je dégusterai plusieurs vins tous les jours.

 À quoi peut ressembler une semaine d’entraînement ?

D’abord, j’ai une journée de congé ; le dimanche. En ce moment, mes semaines sont pratiquement similaires : j’étudie tous les jours le matin, puis je travaille le soir. Ça semble assez simple, mais la clé est la constance et la discipline. Mais, comme je le mentionnais, c’est un processus en continu. Mon travail au Toqué ! m’apporte son lot de travail. Mon carnet de notes n’est jamais trop loin !

Quelle est ta force ?

Le service.

Ta faiblesse ?

La théorie

Ton vin préféré du moment ?

Les vins de la Côte-Rôtie, dans la vallée du Rhône.

Le meilleur conseil que l’on t’a donné ?

Go !

Si tu avais un conseil à donner à M. Mme Tout-le-Monde qui arrive à la SAQ et qui se sent perdu face à ces milliers de bouteilles de vin…

Délimitez votre budget, dirigez-vous vers les spécialités et faites-vous conseiller des vins de plus petits producteurs. Sortez de votre zone de confort.

Ton avis sur les vins québécois ?

Très prometteur ! Mais déjà, nous pouvons trouver d’excellents vins.

Merci Carl, bonne préparation et bon succès en mai prochain !

 

Le concours Meilleur Sommelier en Amérique se déroulera à Montréal, du 21 mai au 25 mai prochain.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire