Apéro Sauvage au Bistro La Coupole, Montréal en Lumière

Apéro Sauvage au Bistro La Coupole, Montréal en Lumière

Montréal en Lumière, c’est un festival annuel où arts et gastronomie prennent d’assaut la métropole, qui arrive juste à un bon moment de l’année pour nous, Québécois-Québécoises. Moment où, je vais le dire, on commence à en avoir «marre» du froid, du mouchage, du pelletage, du grattage d’auto… Mais également pour les restaurateurs, qui voient enfin la lumière au bout du tunnel, laissant derrière eux les deux mois les plus difficiles de l’année.

Avec une programmation de ce calibre, ce n’est pas pour rien que cet événement attire plus d’un million de visites!

Vous l’aurez deviné, pour moi, c’est la gastronomie. Il y a tellement d’activités tous les jours que je ne sais plus où mettre la tête! Diner d’honneur. Diner thématique. 5 à 7. Brunch. Fête des fromages. Ateliers. Souper thématique. Décidément, au Québec, nous aimons manger.

De mon côté, j’ai commencé le festival avec un Apéro Sauvage à la québécoise, organisé entre autres par Natalie Richard et Bobby Grégoire. Le tout se déroulait au Bistro Laurentien-La Coupole, dans le prestigieux hôtel le Crystal. Pour l’occasion, le chef Jean-Benoit Courcoul et la sommelière Natalie Richard ont oeuvré ensemble pour nous offrir des bouchées nordiques 100% québécoises, en harmonie avec 3 vignobles de la Rive-Nord de Montréal.

Mise à part la splendeur des planches, je peux vous confirmer qu’au Québec, nous devons être très fiers de notre terroir et des artisans qui font un travail énorme pour nous rendre accessibles ces bijoux gourmands, encore trop méconnus.

Ici, le chef s’est vraiment surpassé en offrant à ses invités des créations uniques, riches en saveurs avec des produits sauvages québécois tels que la camerise, la baie de sureau, des coeurs de quenouille, de l’amélanche, l’huile de cameline, la canneberge… Et côté protéine, nous avons eu droit à du bison, du cerf, du sanglier, de l’esturgeon ainsi que de l’omble-chevalier. Oui oui, c’est notre terroir ça!

Ce n’est pas tout. Je dois dire que j’ai d’autant plus été surpris par la qualité des trois vignerons québécois présentés, soit le Château Taillefer-Lafon de Laval, le vignoble Rivière du Chêne de Saint-Eustache et le Vignoble Négondos de Mirabel, également premier vignoble bio au Québec.

Nul besoin de mentionner que je suis sorti de l’Apéro Sauvage oui, quelque peu rassasié, mais davantage avec un sentiment de fierté et d’amour-propre pour ma belle province!

Si vous êtes gourmand comme moi, jetez un coup d’oeil à la programmation Montréal en Lumière volet gastronomie ici.

Bon festival!

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire