Colette Grand Café : la classe, en toute honnêteté

plats_colette

Colette Grand Café : la classe, en toute honnêteté

Ouvert au printemps 2018 en vue de la fusion prévue du Holt Renfrew et du Ogilvy en 2019, le Colette Grand Café est le fruit d’un partenariat entre ce grand magasin de luxe et le groupe torontois Chase Hospitality, comptant notamment les restaurants à succès tels que Planta, The Chase, The Chase Fish & Oyster et Kasamoto.

Le Colette Grand Café à Montréal s’ajoute donc à ceux de Toronto, de Vancouver et d’Halifax, mais toujours en conservant la même essence ; offrir une cuisine française traditionnelle, mais au goût du jour.

colette_montreal
©Colette Grand Café

D’ailleurs, qui de mieux placé que le chef Derek Bocking pour remplir ce mandat, après ses (presque) 20 années d’expérience en cuisine de type bistro français, en commençant par le restaurant français Le Gourmand en tant que plongeur, lorsqu’il avait 16 ans. Peu à peu, Bocking gravit les échelons jusqu’à devenir garde-manger, pour ensuite poursuivre sa route au Globe, au Beaver Hall, à Ma Grosse Truie Chérie, au Pois Penché et au Maggie Oakes, avant d’atterrir au sein du groupe torontois.

Décidément, le menu laisse place à plusieurs classiques français ; tartare de bœuf, steak-frites, salade niçoise, omelette et soupe à l’oignon gratinée, mais aussi à de belles salades composées, un burger gourmand, un plat de pâtes et même un poulet rôti. Un menu simple, mais la ligne directrice du chef est très claire : offrir moins de choix, pour maximiser la qualité des ingrédients et des préparations. Parce que comme le dit le chef : «  le respect des clients vient d’abord par le respect des produits ».

bar_colette
Le long bar épuré du Colette Grand Café à Montréal

Je dois avouer que cette soirée-là, je suis arrivé au Colette sans trop d’attente. J’avais en quelque sorte le même préjugé que plusieurs doivent avoir ; une chaîne de restaurants dans un magasin chic, rien de moins original et de personnel. Mon préjugé a rapidement « pris le bord » dès mon entrée, alors que notre charmante hôtesse s’est avérée courtoise, professionnelle et amicale, de la prise de contact jusqu’à l’au revoir.

Nous optons pour la soupe à l’oignon gratinée (hautement recommandée par le chef lui-même) et la salade de kale en entrée, une omelette aux fruits de mer, une tartine aux champignons sauvages et le poulet rôti en résistance, puis une tarte aux pacanes, elle aussi louangée par Bocking.

soupe_salade_colette
La gourmandise et la sagesse

Passons rapidement sur la salade de kale (17$) – toute en légèreté mais chiche en vinaigrette -, puisque c’est bel et bien la soupe à l’oignon (14$) qui a littéralement volé la vedette. Ce que je ne savais pas, c’est que la soupe à l’oignon gratinée est le plat signature de Derek, qu’il a retravaillée et améliorée de restaurant en restaurant, pour arriver au choix parfait du fromage, au ratio idéal fromage-crouton-bouillon et la quantité impeccable d’oignons. Il utilise donc du fromage à raclette québécois, des croutons de brioche de la boulangerie l’Amour du Pain, et fait son propre bouillon – ce dernier mijoté pendant de longues heures-, jusqu’à en arriver à la consistance et les saveurs recherchées. Une note parfaite !

soupe_oignon_colette
La fameuse soupe à l'oignon du chef Bocking

Passons à un autre classique, l’omelette (20$). Cette dernière est préparée avec trois œufs et est délicatement pliée pour recouvrir une quantité généreuse de crabe et de crevettes issues de pêche durable. Au niveau de l’exécution et des saveurs, je n’ai rien à dire : aucune coloration, un brin baveuse, parfaitement assaisonnée… Mon seul bémol, pas assez aérienne !

La tartine aux champignons (20$) a été sans équivoque notre deuxième coup de cœur de la soirée. Le pain est craquant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur, les champignons se font abondants et parfaitement assaisonnés, puis la salade d’herbes aide simplement à donner une touche de fraîcheur au plat.

Poulet rôti, choux de Bruxelles, lardons, mostarda, noisettes (24$). Il est tellement facile d’assécher le poulet, surtout d’une taille considérable comme celle présente devant nous. Verdict ? Très réussi ! Oui, la partie la plus volumineuse était un peu sèche, mais sans plus. Quant aux lardons, des choux de Bruxelles et des noisettes, ce trio venait supporter le volatil à perfection, amenant de la texture, de la fraîcheur et de la gourmandise.

plats_colette
champignons_colette
Délicieuse tartine aux champignons sauvages

On ne devait repartir sans avoir dégusté la tarte aux pacanes de Dereck, et une chance, puisque nous n’aurions pas pu terminer notre soirée sur une meilleure note.

Pour conclure en toute honnêteté, non, je ne m’attendais pas à une soirée aussi plaisante et délicieuse. Pourquoi faire compliqué, quand on peut faire simple mais parfaitement maîtrisé ?

Voici une belle adresse où déguster une cuisine honnête et savoureuse, dans un décor tout en élégance, chic et épuré. Attendez-vous tout de même à une fourchette de prix un peu plus élevée, à la lumière du chic magasin Holt Renfrew.

dessert_colette
Une tartelette aux pacanes bien originale !

Cette soirée fut une gracieuseté du groupe The Chase Hospitality, Ogilvy et Holt Renfrew. Merci !

1Commetaire

Ajouter un commentaire