Restaurant Oréa : charmante, délicieuse et prometteuse table du Vieux-Montréal

restaurant_orea

Restaurant Oréa : charmante, délicieuse et prometteuse table du Vieux-Montréal

Les fins gastronomes de Montréal connaissaient tous bien l’existence du restaurant La Kitchenette, dont la cuisine était d’une rigueur et d’une finesse sans exception. Je parle bien au passé, car voyant l’opportunité de déménager dans un local beaucoup mieux situé géographiquement, le chef Jérémy Passat et son équipe n’ont pas perdu de temps et ont profité de la basse saison pour bouger et se roder, en vue de la saison estivale… Mais, ne cherchez plus La Kitchenette : trouvez à la place Õréa !

restaurant_orea

C’est donc à la célèbre adresse du 400 rue Notre-Dame Est, dans le Vieux-Montréal, que le chef Jérémy Passat honore ses origines françaises avec une cuisine précise, où classiques font heureux ménages à originalité et nouveauté, mais sans tout de même jouer les cartes de l’audace et de l’imprudence.

En écrivant ces lignes, j’ai beaucoup de mal à décrire ma soirée. Elle fut délicieuse, certes, mais j’ai perçu un chef un brin timide, ayant peur de réellement montrer de ce quoi il est capable en littéralement laissant sa marque sur chacune de ses créations.

Par contre, je dois admettre que deux plats ont particulièrement sorti du lot, soit l’œuf parfait en croûte d’herbes, puis le homard servi comme une tarte.

restaurant_orea
L'oeuf parfait... Au Oréa
restaurant_orea
Homard comme une tarte

Si j’avais à décrire l’entrée d’œuf en un mot, ce serait bonheur. Tout y était : le chaud, le froid, le croquant des asperges, le craquant de la panure, l’acidité de la vinaigrette… Ça, c’est ce que j’appelle une maîtrise parfaite de l’œuf. Puis le second, tout aussi spectaculaire : homard parfaitement cuit au beurre de cari, accompagné d’artichaut deux façons — en morceaux et en purée —, le tout déposé sur une pâte feuilletée maison. Le seul élément dont je n’ai pas saisi sa présence fut la polenta qui, selon moi, était superflue.

restaurant_orea
L'oeuf parfait... Après

Le gravlax de truite, quant à lui, avait vraiment tout pour séduire, en débutant par la belle mosaïque combinant couleurs et textures. Au goût ? Succulent. Mon bémol ? La balance et la proportion des éléments dans l’assiette. L’émulsion de wasabi prenait beaucoup trop de place, tandis que j’aurais aimé avoir un peu plus crémeux de courge et de gel de betterave pour mieux équilibrer les saveurs et rendre la dégustation encore plus plaisante.

Enfin, à la lumière des trois plats précédents, mes attentes élevées envers le risotto aux asperges et à la truffe avec tomates confites sont malheureusement tombées à plat. Le risotto laquait grandement de saveurs, que nous perdions avec la tomate confite.

restaurant_orea
Gavlax de truite
restaurant_orea
Risotto aux asperges et à la truffe

Dommage, mais cela n’a pas forcément assombri le plaisir de s’être attablé à cette belle nouvelle table du Vieux-Montréal, d’autant plus que le service en salle commandé par Alexandre Charraud était impeccable.

Bien que j’aie quitté Õréa le sourire aux lèvres, je suis resté un brin sur ma faim en ayant l’impression d’avoir eu droit qu’à une infime partie de ce que ce talentueux chef est capable de mettre sur la table. Õréa, ça promet !

Notez que tous les jeudis soir, vous pourrez passer la soirée au son d’une pianiste, à partir de 18h30.

restaurant_orea
restaurant_orea

Restaurant Õréa

On aime : Un menu changeant au fil des saisons, mettant à l’honneur les produits du terroir québécois

On adore : La jeune équipe, passionnée et enthousiaste

On oublie : Le risotto aux asperges et à la truffe

 

Style de restaurant : Cuisine française mettant de l’avant le terroir québécois

On s’en tire pour combien : Table d’hôte du midi à 26$. Le soir, comptez une cinquantaine de $ par personne, excluant service et boissons.

On y va quand : Du mardi au vendredi pour le lunch, du mardi au samedi pour le souper. L’équipe travaille également pour offrir le brunch du week-end.

 

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire